Posts Tagged ‘BB’

Revalidation de mon BB (Brevet de Base)

octobre 22, 2013

La validite de mon brevet de base prenant fin d’ici moins de trois moi, il fallait que je le renouvelle, u plutôt que je le proroge. Or, n’ayant pas le nombre d’heure solo necessaire, j’ai du repasser un « pseudo » examen en vol. C’est donc hier (car j’écris en nocturne) que j’ai refait un petit vol de mise en jambe.
Le rendez vous est prévu pour 10h00 pour avoir fini à 12h00 locale, mais ayant une mère qui veut prendre des douches qui n’arrangent personne, je ne suis donc arrivé que 15 min en avance ;alors que j voulais arriver bien plus tôt pour préparer mon vol. J’ai donc été en retard pour le décollage, est donc l’aterissage et donc le repas. Avant le vol, j’ai donc tout bien fait sérieusement comme avant : j’ai fait le rapport de pesée sans oublier de demander le mois de mon chère instructeur FRECHOU, et sans oublier de prendre météo et notam. Puis j’ai regarder les anomalies avion sur l’ordi prévu a cet effet : avion cassé comme a son habitude, on comme à son habitude, on continue. Il se trouve que ce jour là le portail pour accéder au parking était en réparation, du fait de la volonté de mise à la norme des installations de l’aéroport de Chambéry. J’ai alliés du faire un effort de mémoire intense pour me souvenir du mot de passe du portail d’à côté qui trônait à 20 m de l’autre. Concrètement, les ouvriers étant présent et ayant remarqué que je n’était pas mal intentionné, ils m’ont laissé passer, comme si de rien etait, par le nouveau portail vert en construction. Puis, mon instructeur trouvant que je n’étais pas encore assez en retard a son goût, il me fit regonfler les roues de l’avion… puis nettoyer le parbrise… Alors c’est avec un train principal gonflé à 2,4 bar, une roulette de nez gonflé à 2 bar, un par brise propre et un ciel bleu clairsemé sur ma tete qui je fit le plein du Cessna 150, le F-BSIR, avant de mettre en route le moteur. Première erreur, laisser la radio allumé lors du démarrage : ça abime la radio à cause de l’instabilité électrique du courant du circuit de l’avion. Puis j’avais oublié de remettre le son de mon casque son le plus élevé (le bouton sur le casque), en même temps allez savoir pourquoi je l’avait mis sur le minimum… sûrement pour tenter de ne pas entendre ma mère me gueuler dessus un certain jour. Par miracle, ou chance, ou talent (que quais-je ?), j’ai réussi à démarrer du premier coup. C’est alors que la radio et le maniement de l’avion me revint instinctivement. Le vol se déroula donc. Il fut coloré par une mise en palier à 3000 pieds (ft), qui ne fut pas manqué, suivi par une joli check list de mise en palier, elle aussi non oubliée. Puis il me fut demandé de déterminer la vitesse de décrochage, alors je du, après avoir fait remarqué qu’il serai préférable d’attendre un peu car nous passion sur la montagne des monts, faire les vérifications extérieurs et machine avant d’entreprendre une approche du décollage jusqu’à retentissement de l’alarme de décrochage (qui retenti 10 nœuds avant d’atteindre la vitesse de décrochage de cet avion). Puis je du voler à 1,2 fois cette vitesse, puis je du décrocher, puis je du faire ce qui doit être fait quand il y a une panne de moteur, puis je du faire une remise de gaz, puis je du faire un virage, puis une mise en palier à 2700 fut, puis un virage à 60° d’inclinaison de chaque côté, puis une vertical terrain, puis un exercice d’encadrement, puis une panne au décollage, puis finalement un circuit basse hauteur avec simulation de panne de volet. Et c’est donc au moment de l’extinction du moteur que mon instructeur eu le regret de me dire que ça le faisait bien chier car maintenant il devait remplir de la paperasse : je venais donc de réussir le renouvellement de mon BB ! Tout content je parti retrouver ma maman qui m’attendait car il était 12h05. Je rempli donc tout mes papiers, et parti un direction du bureau de piste pour réclamer un tampon. Mais bien qu’il était alors 12h20 et que le bureau de piste devait fermer à 12h30, il n’y avait personne, je du alors confier mes documents à mon généreux instructeur pour qu’il passe au bureau de piste dés que possible. Il m’informa l’après midi même que l’affaire était réglé. Je pu alors partir vers midi et demi de l’aéroclub pour aller à Castorama chercher l’aerographe que je désirais depuis longtemps. Puis retourné chez moi, jeu à peine le temps de le tester avec seulement de l’eau que le conçue de la porte sonna pour annoncer que les mathématiques étaient de nouveau ici pour me faire chier et m’empêcher de rêver : mon prof de math particulier sonnait à la porte pour me donner deux heures de cours sur les limites de fonction, de suites, fonction dérivée… et tous les malheurs du monde cartésien.

Publicités

Mon premier contrôl par la GTA (Gendarmerie des Transports Aériens)

janvier 16, 2012

Voici donc que ce Dimanche 15/01/2012 je reviens de mon vol local sortie SW à l’aéroport de Chambery (LFLB), tout bien normal, bien content de mon vol, je me gar sur le parking L à la place la plus au Nord. J’arrette le moteur et remarque soudain deux personnages tout vetu de bleu. Un instant je pense qu’il ne font que passer à coté de l’avion quand je me rend compte qu’ils ne font pas que tengenter la silouhette de l’avion. Ils se dirigent donc vers la porte gauche de l’avion, j’ouvre donc et les salut brièvement. Il me saluent a leur tour et m’annonce que je vais subir un control, il me disent de continuer à faire ce que je doit faire. Le temps que je finisse ma check liste ils ont déja fait le tour de l’avion, je tourne la tette a droite et je les voient observer le bord d’ataque de l’aille droite. Je me di de ne pas me mettre la pression n’étant qu’on control : faut bien que ça arrive un jour… Le temps que je renge mes affaire et que je sorte de l’avion les deux personnes sont aller m’attendre à la sortie du parking (en restant à l’interrieur). Dans ma tette je me pose quand meme quelques question : « j’ai pas oublier quelque chose quand meme? » ou « Ah merde je suis peut ètre sortie de ma zone des 30 Km ? » ; donc quand meme un peut de stresse mais totalement confiant. Je me dirige donc vers le portillon d’un pas assuré. Je vois qu’ils attendent que je tape le code mine de vérifier si je le connais bien. Bien sur je me trompe et je recommence de suite : ouff ! Je leur propose d’aller s’installer dans le concordia (le batiment du club) et un d’eux me répond qu’ils ne sont pas d’ici ; cool un contrôl surprise de gent d’ailleur. Je rentre donc et conformément a leur directives je fait ma paperasse : carner de vol, de route… Entre l’ordi et la pile des carnet de vol le supérieur m’interpelle et me di qu’ils vont commencer : alors il me di qu’il font la liste des documents. Je finit mes papiers et je leur di que tout est donc le carnet de route. le temps que je revienne d’aler chercher le reçu a la pompe ils sont déja en train de tout éplucher : « CI ? –> ok ; validité ? –> c’est bon ». Bien sur il me demande ma licence mon rapport de pesée mon carnet de vol, ma qualification sur type…

Au final tout est OK et j’ai le droit à un petit commentaire : que mon carnet de vol était bien tenu. Tant mieux répondi-je. Il me rajoutent aussi que ce ne sera surement pas la dernière fois et que d’autres contrôle de ce types m’ariveront enore dans ma carrière.

Tout content je rentre chez moi avec ma petite anecdote.

Résultat de l’examen en vol du BB

novembre 9, 2011

Je me suis donc entrainé avec mon instructeur à passer l’examen en vol et l’exposé au sol. Après quelques vols examen blanc (blanc fois deux) mon examinateur me fait passer le (09/11/2011) un examen blanc avec un autre instructeur du club. Le vol s’est bien passé quoi que reste quelques virages mal fait et des altitudes à intercepter oublié. Mon examen blanc c’est bien passé et mon pseudo examineur me dit que me vol était satisfesant et qu’il veut bien que je lui fasse mon exposé au sol. Donc le rendez vous est fixé au mercredi suivant et je prépare mon exposé.

Je débute mon exposé avec mon pseudo examinateur qui me di (comme lors de mon examen blanc en vol) que il n’aura pas de but à m’aprendre quelque chose mais qu’il ne fera que m’examiner. Je fait donc mon exposé avec ma fiche  « plan » : devis de masse et centrage, performances, documents pilotes, documents avion, et d’autres… Pendant mon exposé je voi mon instructeur qui entre et sort de la salle de cour en allant sur l’ordinateur au fond de la salle (en face de moi mais me tournant le dos, derrière mon examinateur blanc). Il entre et sort donc plusieurs fois, puis vers la fin de l’exposé il entre et reste devant l’ordi, je ne lui prette donc aucune attention étant concentré sur mon exposé. La fin de mon exposé arrivé mon pseudo examinateur me di de rester dans la salle le temps qu’il aille faire quelque chose, puis il revien avec une lettre de la DGAC. Il me la montre et m’explique qu’il a reçu cette lettre expliquand que mes deux examinateur possibles (au chois) pour passer mon examen était : une personne autre au club ou lui ! Rajoutant que mon exposé de ce jour était satisfaisant ; je du prendre une ou deux secondes pour comprendre que je venait de réussir mon examen ; mon examinateur toujour derrière, il se retourne et me félicite.

Oui… donc, je m’explique : mon « pseudo » examinateur étant donc grâce a cette lettre mon examinateur attitré, ayant satisfait d’après lui mon examen blanc (du mercredi dernier) et mon exposé de ce jour il m’accorda donc mon BB.

Donc voila une situation qui me rendi très heureux et qui acheva ma formation du brevet de base, avec la petite phrase de mon instructeur : « ehh bien bravo, félicitation, il ne manque plus qu’le champagne… voila maintenant que tu a ta licence qui te permet alors de voler en toutes sécurité »

Heureux encore, je retourne chez moi et prévoi le fois gras pour le mercredi prochain (en famille) et le champomie pour le mercredi d’après.

Reste plus qu’a prendre une photo pour mettre dans la rubrique trombi d’info-pilote.